image

Place

des Jacobins

72000 Le Mans

Du 6 au 7 octobre

de 10h à 19h

9e édition du Prix du Salon du livre du Mans

Et le (la) lauréat(e) est… Wilfried N’Sondé, pour son roman Un océan, deux mers, trois continents paru aux Éditions Actes Sud en janvier 2018 !!

 

Un océan, deux mers, trois continents (présentation de l’éditeur) : Il s’appelle Nsaku Ne Vunda, il est né vers 1583 sur les rives du fleuve Kongo. Orphelin élevé dans le respect des ancêtres et des traditions, éduqué par les missionnaires, baptisé Dom Antonio Manuel le jour de son ordination, le voici, au tout début du XVIIe siècle, chargé par le roi des Bakongos de devenir son ambassadeur auprès du pape. En faisant ses adieux à son Kongo natal, le jeune prêtre ignore que le long voyage censé le mener à Rome va passer par le Nouveau Monde, et que le bateau sur lequel il s’apprête à embarquer est chargé d’esclaves…
Roman d’aventures et récit de formation, Un océan, deux mers, trois continents plonge ce personnage méconnu de l’Histoire, véritable Candide africain armé d’une inépuisable compassion, dans une série de péripéties qui vont mettre à mal sa foi en Dieu et en l’homme. Tout d’ardeur poétique et de sincérité généreuse, Wilfried N’Sondé signe un ébouriffant plaidoyer pour la tolérance qui exalte les nécessaires vertus de l’égalité, de la fraternité et de l’espérance.

Quelques commentaires des membres de la Commission sur le roman :

 

« On plonge dans l’Histoire en compagnie de Wilfried N’Sondé et de sa très belle écriture. Les différentes parties de son roman en font un document sur l’esclavage, un roman d’aventures, avec des histoires de pirates, et tout cela basé sur une histoire vraie. Quel talent ! »

 

« Un roman à l’écriture superbe, avec du rythme, du souffle, de la sensualité et qui porte un regard cynique sur les religions et les manipulations des rois africains. Un roman dans lequel on tombe et que l’on quitte à regret. »

 

« Un récit ou plutôt des récits incroyables d’un personnage atypique pris dans les méandres de l’Histoire avec un grand H. Le tout porté par une écriture dense et très belle. »

Remise du Prix : samedi 6 octobre – 14 h 30 – Foyer des artistes

en présence de Yann Queffélec, Prix Goncourt 1985 ; de Thierry Hubert, Président de l’association La 25e Heure du Livre ; Alexandra Bry, représentante du Crédit Mutuel, parrain du Prix ; d’Anne-Marie Poultier, Responsable de la Commission littérature adulte de l’association ; et bien sûr l’auteur lauréat

 

 Wilfried N’Sondé sera en dédicaces sur le stand de la librairie Doucet, salle Forum.

La Commission Littérature Adulte de l’association « La 25e Heure du Livre » attribue tous les ans depuis l’année 2010 son Prix du salon du livre du Mans, en partenariat avec la librairie Doucet et, depuis l’édition 2017, avec le parrainage du Crédit Mutuel.

 

Ce Prix récompense un roman français adulte de la rentrée d’hiver et est remis lors de La 25e Heure du Livre. Le jury est composé de professionnelles du livre, de lecteurs passionnés et de représentants du Crédit Mutuel, son parrain. Le Prix est doté de 1 000 €.

Il a déjà récompensé :

 

  • 2017 – Par amour, Valérie Tong Cuong (Lattès)
  • 2016 – Un marin chilien, Agnès Mathieu-Daudé (Gallimard)
  • 2015 – Échapper, Lionel Duroy (Julliard)
  • 2014 – Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre, Céline Lapertot (Viviane Hamy)
  • 2013 – Les Haines pures, Emma Locatelli (Albin Michel)
  • 2012 – Le théorème de Kropst, Emmanuel Arnaud (Métailié)
  • 2011 – Ex aequo Des clous, Tatiana Arfel (José Corti) et Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce, Lola Lafon (Flammarion)
  • 2010 – La Mer Noire, Kéthévane Davrichewy (Sabine Wespieser Éditeur)

Les 5 finalistes du Prix 2018, accompagnés de commentaires des membres de la Commission :

Clarence Boulay, Tristan (Sabine Wespieser)

« Un roman à la langue poétique et sensuelle. L’auteur sait très bien rendre les gestes de quelqu’un qui dessine. Un style de texte que l’on ne rencontre que rarement. »

« Tout dans ce texte est extraordinaire, le thème, l’isolement sur l’île, la rencontre faite de rien. Une histoire magnifique et inoubliable. »

« Un très beau roman, fait de beaucoup de sensualité, et la description de cette île Tristan, perdue au milieu de l’Atlantique, superbe. »

David Fauquemberg, Bluff (Stock)

« Un récit envoutant. La description de la région donne envie de la découvrir, les trois personnages sont très intéressants. On aimerait en savoir plus sur le personnage du Français ! »

« Un texte où l’on vibre avec les marins et qui fait complètement embarquer à bord du Toroa. »

« L’univers de la mer, l’univers de la pêche sont très bien rendus par l’auteur. »

« Un roman qui entraîne complètement dans l’aventure, qui fait que l’on s’attache aux personnages, que l’on vit la tempête dans le Toroa… et que l’on referme à grand regret. »

« Un livre que l’on regrette de quitter, un beau roman d’apprentissage et une belle transmission de la culture maori. »

« La tempête ! Sublime ! »

Raphaël Jerusalmy, La rose de Saragosse (Actes Sud)

« Le contraste entre la finesse de l’art (la gravure) et la violence des inquisiteurs est une jolie trouvaille. On est tout à la fois dans un roman historique, un thriller, un voyage à Saragosse, et tout cela de la belle écriture de Jerusalmy. »

« Un texte avec un haut niveau de langue, un style recherché. Une ambiance qui évoque Le Nom de la rose. On aime tout dans ce roman : les personnages, l’époque, et sa cruauté, si bien rendue, et surtout la présence de l’art. »

« Un roman historique qui mêle le drame Juif, l’Inquisition et l’art (la gravure, qui plus est, art rebelle, au tirage presque infini et qui fait plus de mal que l’épée). Un texte trop court, on en voudrait plus ! »

« Un roman que l’on regrette d’avoir terminé. Un hymne à la gravure à taille-douce et surtout un bel hymne à la femme. »

Estelle Nollet, Community (Albin Michel)

« Un texte très intéressant, l’auteure est très bonne dans toute sa partie « anticipation zarbi » et va très loin, sans perdre son lecteur. Le personnage du chef est excellent. »

« L’auteure excelle dans les descriptions de ses personnages et écrit de très belles scènes. Les flash-backs du personnage principal sont bien amenés. La deuxième partie est très surprenante, la fin tout particulièrement. »

« Un style et une histoire plaisants, ce huis clos dans lequel les différentes personnalités sont obligées de faire preuve d’une certaine cohésion… tout dans ce roman plaît. »

« Un roman qui nous embarque, l’auteure sait nous faire adhérer à son histoire. Elle amène l’horreur ou les phénomènes étranges par petites touches. De très bons et beaux portraits d’hommes et de femmes ! Le personnage de Cookers est formidable. »

Wilfried N’Sondé, Un océan, deux mers, trois continents (Actes Sud)

« On plonge dans l’Histoire en compagnie de Wilfried N’Sondé et de sa très belle écriture. Les différentes parties de son roman en font un document sur l’esclavage, un roman d’aventures, avec des histoires de pirates, et tout cela basé sur une histoire vraie. Quel talent ! »

« Un roman à l’écriture superbe, avec du rythme, du souffle, de la sensualité et qui porte un regard cynique sur les religions et les manipulations des rois africains. Un roman dans lequel on tombe et que l’on quitte à regret. »

« Un récit ou plutôt des récits incroyables d’un personnage atypique pris dans les méandres de l’Histoire avec un grand H. Le tout porté par une écriture dense et très belle. »

Rendez-vous samedi 6 octobre à La 25e Heure du Livre pour connaître le/la lauréat(e) !